Retombées

 
Le programme de recherche « Made in Morocco » est susceptible de produire des « retombées sur le Maroc » à trois niveaux qui sont étroitement liés :

 

Au niveau des choix de politiques économiques, les résultats de la recherche, en faisant apparaître les comportements sectoriels compte tenu à la fois des contraintes de la compétitivité et des exigences de l’industrialisation du pays, ne manqueront pas de fournir aux pouvoirs publics les moyens leur permettant de réorienter les  différents « programmes sectoriels » dans le cadre d’une stratégie de développement national conjuguant maîtrise de l’ouverture économique, satisfaction et sécurisation des besoins essentiels de la population (éducation, santé, logement, emploi) et inscription des dynamiques de croissance dans un processus de développement humain et durable.

 

Au niveau du secteur privé, les enquêtes auprès des entreprises offriront aux employeurs et aux organisations professionnelles (notamment la CGEM) une meilleure visibilité globale en termes de dynamique productive, de type de marché, de comportement des fournisseurs, des clients et des consommateurs (résultats des expérimentations), d’impact des normes sociales et de standard de qualité, etc.

 

Dans le domaine, enfin, de la recherche scientifique, les avancées les plus pertinentes de la littérature économique, notamment dans les champs de la macro- et micro-économie industrielles, de l’économie de l’innovation et de l’économie du développement, seront mobilisées dans le cadre de travaux de thèse codirigés par des chercheurs nationaux et étrangers. Ces travaux sont appelés à  s’approprier les outils d’analyse économétrique et les méthodes expérimentales utilisés dans le programme et contribueront ainsi à enrichir le contenu théorique et méthodologique de l’analyse économique au sein de nos universités.